Les technologies utilisées

En quelques mots

Les Chemins de la Transition reposent sur la mise en œuvre d’une plateforme collaborative en vue d’atteindre les objectifs suivants :

  • Outre la documentation du projet
  • Permettre aux parties prenantes, quelles qu’elles soient de s’y référencer
  • Permettre aux voyageurs d’identifier les lieux et de construire leurs chemins
  • Permettre à tou.te.s de documenter et de partager leur expérience sur les chemins…
  • Constituer le support de parcours de formation

Le développement de la plateforme sera réalisé en trois étapes, de manière itérative:

  • Version 0 [Mai à décembre 2019] : Développement d’une version de betatest à l’aide de WordPress et de Gogocarto.js. Nous éprouvons le concept ainsi que sa réception auprès d’un premier cercle d’usagers, avant d’engager des développements plus importants.
  • Version 1 [Octobre 2019 à Décembre 2020] : Développement et mise en oeuvre de la version grand public sur la base de SemApps v2, un logiciel de nouvelle génération basé sur les technologies et standards du web sémantique.
  • Version 2 [Janvier 2022 à …] : Amorçage de la décentralisation de la plateforme en vue de d’aligner l’infrastructure numérique du projet, sur la topologie des Chemins de la Transition : distribuée sur les territoires.

L’ensemble des logiciels que nous utilisons sont open-source. Ils tâchent par ailleurs de respecter au maximum les standards du web (à partir de la version 0) et du web sémantique (à partir de la version 1).

 

Version 0 : L’efficacité et la simplicité

WordPress

WordPress est un système de gestion de contenu (SGC ou content management system (CMS) en anglais) gratuit, libre et open-source, distribué selon les termes de la licence GNU GPL version 2.

Les fonctionnalités de WordPress lui permettent de créer et gérer différents types de sites Web : blog, site de vente en ligne, site vitrine ou encore portfolio.

En avril 2018, il équipait 30,6 % des sites web dans le monde et disposait de plus de 30 000 plugins.

Gogocarto

Gogocarto est un outil de cartographie initialement développé par Sebastian Castro, duquel nous sommes proches, pour le projet de cartographie des Colibris « Prèsdecheznous » . Il est également utilisé dans le cadre de la plateforme Transiscope.

Rapide, ergonomique, responsive et beau, il permet de créer facilement les taxonomies permettant de filtrer ou de requêter les données, ses formulaires sont entièrement configurables, son interface utilisateur (administration / visualisation) est bien pensée.

Gogocarto dispose par ailleurs d’une API et de nombreuses fonctionnalités d’import / export permettant à ses utilisateurs de réutiliser les données dans d’autres contextes.

Il est enfin très bien documenté et accessible à un large public.

L’alliance de WordPress et de Gogocarto devrait nous permettre d’obtenir une v0 pleinement fonctionnelle de la plateforme des Chemins de la Transition.

 

Version 1 : Vers un jumeau numérique de la transition sur les territoires

SemApps

SemApps désigne un ensemble de briques logicielles et fonctionnelles basées sur le web sémantique.

Il permet de cartographier des « choses » et les relations entre ces « choses », par exemple :

  • Simon Louvet “est membre de” Assemblée Virtuelle
  • Assemblée Virtuelle “est responsable de” SemApps
  • SemApps “a pour contributeur” Samy Vincent ; Simon Louvet ; Michel Cadennes ; Guillaume Rouyer ; Sébastien Lemoine ; Sébastien Rosset ; Pierre Bouvier-Muller

Sur la base de ces données logiquement structurées, SemApps permet de faire :

  • Des requêtes, par exemple : Qui sont les contributeurs de SemApps ?
  • Des inférences ou déductions logiques, par exemple : Si Samy, Simon, Michel & Guillaume contribuent à SemApps, alors on peut en déduire qu’ils coopèrent ensemble.

SemApps permet de créer des systèmes d’information bien structurés, dans lesquels il est aisé de naviguer.

Nous l’utiliserons en vue de cartographier finement les lieux, acteurs, projets, initiatives, événements, chantiers, formations (…) et de documenter les liens qui les unissent.

SemApps nous permettra de faire émerger le tissu des relations qui forment les écosystèmes de la transition sur les territoires.

Il nous permettra de créer un « double informationnel » ou « jumeau numérique » de cette réalité, que les usagers des Chemins de la Transition pourront explorer et alimenter dans le cadre de la préparation et de la réalisation de leurs voyages.

Le développement de SemApps est coordonné par l’association Assemblée Virtuelle. Publié sous licence libre, son code est accessible sur Github. Il est en cours de refonte actuellement.

Version 2 : Vers un alignement de la topologie des mondes physiques et numériques

SOLID

Nous disposons tou.te.s d’une multiplicité de comptes sur le web : Twitter, Facebook, LinkedIn, Slack, Mastodon, Whats’App, le SI de notre employeur, celui de nos différentes communautés d’appartenance etc, ce qui nous oblige à maintenir une information actualisée sur l’ensemble de ces plateformes… sans toujours y parvenir.

Il suffirait, pour solutionner ce problème :

  • Solution 1 : Que nous n’utilisions qu’une seule et même plateforme …
  • Solution 2 : Que les plateformes puissent communiquer entre elles, et qu’elles soient ainsi « interopérables ».

Devant les dangers de la solution 1, nous préconisons la solution 2, basée sur l’interopérabilité des systèmes d’information. Celle-ci repose sur l’usage de protocoles et de standards communs permettant à différentes plateformes de se parler. C’est grâce à eux que le web a été créé, HTML et HTTP ayant standardisé la manière de publier des contenus et de les lier entre eux.

Aujourd’hui cependant il faut aller plus loin, en standardisant la manière de structurer et de lier les données, soit l’enjeu du web sémantique ; mais également en standardisant les protocoles d’identification, d’authentification et de contrôles d’accès, soit l’enjeu du projet SOLID, initié par l’inventeur du web, pour faire face aux déviances de ce dernier.

Solid est une plate-forme décentralisée pour le Web Social, dans laquelle les données des utilisateurs sont gérées indépendamment des applications qui créent et consomment ces données.

Chaque utilisateur stocke ses données dans une base de données personnelle en ligne (ou pod) accessible sur le Web. Chaque utilisateur peut avoir un ou plusieurs pods de différents fournisseurs de pods, et peut facilement changer de fournisseur.

Les applications accèdent aux données dans les pods des utilisateurs à l’aide de protocoles bien définis, et un mécanisme décentralisé d’authentification et de contrôle d’accès garantit la confidentialité des données. dans cette architecture décentralisée, les applications peuvent travailler avec les données des utilisateurs où qu’elles se trouvent. Les utilisateurs contrôlent l’accès à leurs données et ont la possibilité de passer d’une application à l’autre à tout moment.

En 2022, SOLID sera mature, et nous conformerons SemApps aux protocoles et standards qu’il préconise.

Alors, chacun sera libre de se réapproprier ses données en un seul et même endroit de son choix ; et de les partager librement avec qui il veut sur le web, redevenu universel et décentralisé.

La topologie de la plateforme des Chemins de la Transition pourra dès lors tendre vers celle du réseau qu’elle représente. Décentralisée sur les territoires, elle pourra être alimentée par des énergies renouvelables, dont la topologie est également diffuse et décentralisée.

De leur côté les utilisateurs n’auront pas à gérer 15 agendas sur 15 plateformes différentes. Il leur suffira de partager leur agenda avec leurs partenaires ou bénéficiaires.